Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adoptez-nous !

filou15.jpg
Mes protégés ont leur blog :

la Tribu Velue

Le jeu des 7 différences

Il existe 7 différences entre les 2 personnages.
Sauras-tu les retrouver ?

Causes, toujours

Campagne blog sans pub

Fondation 30 Millions d'Amis pour la protection des animauxClicAnimaux.com - Cliquer pour DonnerAssociation pour le Don d'Organe et de Tissus humains Image hébérgée par http://www.lamaisondesanimaux.net

16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 10:00

Si tu as déjà eu besoin d'acheter des médicaments en pleine nuit, l'aventure que je vais te raconter te rapelleras sans doute des souvenirs dont tu te serais bien passé.

Il y a quelques semaines, Petite Mère était malade. Bien sur, comme elle ne voulait déranger personne elle avait décidé d'attendre un peu pour voir si ça allait passer tout seul.

Evidemment, cette méthode de soins ne fonctionne que très rarement, donc au lieu d'aller mieux, elle a fini par aller plus mal et l'a avoué à l'Homme qui lui téléphonait.

Comme par hasard, cela avait lieu le dimanche de Pâques, il était 20 h quand je suis arrivée chez elle et l'ai convaincue de déranger tout de même un Médecin SOS.
Un dimanche soir, sur un week-end prolongé, le toubib est arrivé à 23 heures et c'était déjà un bel effort à mon avis.

Le doc a examiné Petite Mère, discuté un peu avec elle puis il lui a prescrit je ne sais quoi à commencer dès que possible.

J'ai dit : "OK, appelle le commissariat pour savoir quelle pharmacie est ouverte la nuit".

Petite Mère contacte le commissariat de Vanves (à 2 km donc le plus proche) qui lui annonce que cela relève de la compétence du commissariat de Chatenay-Malabry (7km de plus). Petite Mère appelle le commissariat de Chatenay-Malabry qui lui annonce qu'il faut venir sur place et qu'ils appelleront le pharmacien de garde.

Je file à ma voiture, je saisi l'adresse du commissariat sur mon GPS (je béni l'inventeur talentueux de cette machine magique) et je pars dans la nuit et dans la banlieue mortellement calme.

J'arrive devant le commissariat pour constater que tout est éteint et fermé, je me dis qu'on a un curieux humour dans la police, je sors de la voiture, je m'approche pour lire sur la porte un tout petit papier qui dit "la nuit, seule la porte de gauche DERRIERE le bâtiment sera ouverte".

Au commissariat de Chatenay-Malabry, la nuit, il n'y a pas afluence, tu peux me croire. Tout de suite on me demande ma carte d'identité, on vérifie que c'est bien la mienne en me demandant mon adresse tout en planquant ma carte sous le comptoir, comme j'ai tout bon, on appelle un pharmacien par téléphone.

Moi, un peu naïve, j'avais cru qu'ils allaient le faire venir au commissariat, que nenni, le flic me donne l'adresse d'une pharmacie à Sceaux (5 km) et me dit que le pharmacien est prévenu et qu'il m'attend.

Je re-file à ma voiture, je re-programme mon GPS (je baise les pieds de l'inventeur de cette machine magique) et je re-pars dans la nuit et dans la banlieue mortellement calme.

J'arrive devant la pharmacie dont on m'a remis l'adresse, tout est éteint.
Comme ils m'ont déjà fait le coup au commissariat, je m'approche en espérant voir un petit papier indicateur pour continuer le jeu de piste, mais je constate alors que, derrière la grille, la porte vitrée est ouverte et qu'un type est tapi dans l'ombre de l'officine.

Je sursaute, il s'approche et chuchotte "Qui vous envoie ?"
Moi, en chuchottant aussi : "Chatenay-Malabry"
Lui (sur le ton de "tu as l'argent ? j'ai la came") : "Vous avez l'ordonnance ?"
Je glisse l'ordonnance entre les bareaux et je le vois disparaître dans l'ombre.

Je suis debout dans cette ruelle vide, devant la grille de la pharmacie, en train d'attendre en scrutant l'obscurité, il ne manquerait plus que je me fasse ramasser par les flics du commissariat de Sceaux !

Au bout de quelques minutes, le pharmacien revient, il me tend un petit sac plastique à travers les barreaux sans rien dire.

Je re-re-file à ma voiture, je re-re-programme mon GPS (je fait un chemin de rose devant l'inventeur de cette machine magique) et je re-re-pars dans la nuit et dans la banlieue mortellement calme.

En rentrant chez Petite Mère, j'ai la vague sensation d'avoir été acheter une substance illégale à un revendeur non officiel si tu vois ce que je veux dire...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

laurence 26/05/2009 22:21

Comme toujours je me régale à te lire..... Tu écris tellement bien que je le vies aussi.....lol Vive le GPS.... Dans une autre vie peut-être choisiras-tu d'être pharmacienne pour avoir tout sous la main....lolJe te souhaite une bonne nuit calme....Bisous

Croco 27/05/2009 08:12


En fait, si j'avais le choix d'une autre vie, je choisirais d'être guérisseuse...


bellelurette 25/05/2009 20:56

Le GPS c'est sûrement très bien, mais la télétransportation, cela sera encore mieux !

Croco 26/05/2009 16:59



C'est la solution à tout, y compris aux embouteillages !



Kikekwa 20/05/2009 13:55

Eh bé !! Tout ça pour ça !! Ils sont gonflés, Petite Mère aurait eu le temps de mourir 15 fois d'une hémorragie, si tel avait été son mal... Pensées pour toi et tes compagnons, à patte, plumes ou poils ;)

Croco 22/05/2009 08:10



Faut s'accrocher très fort quand on est vieux !



TAOMUGAIA 20/05/2009 12:10

Et moi, ça me rappelle le film L'armée des ombres, de Melville, avec ces rendez-vous feints, la discrétion des contacts, les vérifications minutieuses...Serait- on occupé ? 

Croco 22/05/2009 08:09


Et serait-on surveillés ? Et contrôlés ?


Enilorac 19/05/2009 21:00

Oulala, qu'est ce que c'est compliqué !!!Je préfère pas imaginer s'il y avait eu urgence !!! Pff

Croco 22/05/2009 08:08


S'il y avait eu urgence, nous aurions dû aller aux urgences de l'hôpital le plus proche et poireauter quelques heures de plus.


Articles Récents

Les points communs ...

Les points communs entre moi et le crocodile ?
L'humain qui partage ma vie prétend qu'on est tous les deux courts sur pattes avec une grande gueule.

Selon L'humeur