Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Adoptez-nous !

filou15.jpg
Mes protégés ont leur blog :

la Tribu Velue

Le jeu des 7 différences

Il existe 7 différences entre les 2 personnages.
Sauras-tu les retrouver ?

Causes, toujours

Campagne blog sans pub

Fondation 30 Millions d'Amis pour la protection des animauxClicAnimaux.com - Cliquer pour DonnerAssociation pour le Don d'Organe et de Tissus humains Image hébérgée par http://www.lamaisondesanimaux.net

28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 09:00

pandore.JPGJe ne sais pas si tu es comme moi, mais, chaque fois que j'apprends un de ces faits divers sordides dans lequel un humain a torturé un (son ?) animal, je me demande pourquoi la loi n'est pas appliquée.

Car, après tout, les lois qui punissent cette violence existent, il suffirait de les utiliser. Pourquoi sommes-nous tellement laxistes alors que nous disposons d'un arsenal juridique suffisant pour punir les brutes ?


J'y ai réfléchi plus d'une fois et je me dis qu'il est tout bonnement impossible que TOUS nos juges soient insensibles à cette barbarie et qu'il y a fort à parier qu'un jugement sévère déclencherait plus de félicitations que de reproches s'il était prononcé envers les tortionnaires de Mambo, aspergé d'essence  et brûlé vif par ennui, envers le propriétaire du dalmatien qui l'a trainé sur des kilomètres après l'avoir attaché à sa voiture, envers les barbares qui ont voulu brûler Evoli, siamois trop sociable et confiant, envers les deux brutes qui ont tabassé un pappy york de 13 ans dans un hall d'immeuble, envers les agents de sécurité d'un supermarché qui se distrayaient en torturant des chats...


Alors quoi ? Comment est-il possible que le propriétaire de Tamara, croisé rott-berger allemand, lui ait ligotté les pattes, baillonnée en entourant sa gueule d'adhésif, jetée dans un sac poubelle puis balancée dans un étang où elle est morte noyée puisse écoper d'une amende de 400 euros "avec sursis" au prétexte que, comme l'explique le procureur,  «Il ne ressort de ce dossier aucune volonté de faire souffrir l’animal ». Il s'agit donc d'une infraction et non d'un délit. Une infraction ? L'ordure qui a exécuté Tamara prétend qu'il n'avait plus les moyens de l'entretenir. Ah bon ! Alors s'il n'y a pris aucun plaisir, c'est moins grave n'est-ce pas ?

 

J'ai beau tourner le problème dans tous les sens, j'en arrive toujours à une conclusion qui me fait froid dans le dos : nous ne punissons pas parce que nous ne voulons pas ouvrir la boite de Pandore.

Je m'explique ? OK, je m'explique. Actuellement, l'animal à le statut d'être sensible (ce qui, tu en conviendras, n'est pas très explicite), mais, si on commençait à lui donner un statut équivalent au notre, en clair, si on estimait enfin que la vie d'un colibri n'est pas moins importante que la vie d'un homme, du moins à ses propres yeux, si on admettait une fois pour toute que l'importance que l'on attribue à telle ou telle existence est purement arbitraire et guidée soit par un sentiment de supériorité totalement injustifié, soit par la valeur affective que nous lui attribuons ? Qu'arriverait-il ?

Au fond, dans l'absolu, lequel d'entre nous estime que la vie d'un tortionnaire est plus importante que celle de sa victime ? En toute honnêteté, de Tamara ou de son propriétaire, auprès duquel aurais-tu préféré vivre ? 

 

Mettre le restant des animaux sur un plan d'égalité de droits, c'est remettre en question toute notre façon de penser, toute notre culture, tout notre rapport au monde. Si leur vie, leur souffle, leur existence, à la même valeur que celle de n'importe quel animal-humain, comment alors supporter la chasse ? La pêche ? Les abattoirs ? La corrida ? Les zoos ? Etc... 

 

Alors, tant pis pour Tamara, Mambo, Evoli et les millions de victimes anonymes, nous continuerons longtemps à les torturer et à les tuer, pas seulement parce que nous en avons le pouvoir mais parce que nous ne voulons surtout pas nous remettre en question. Je me demande si c'est vraiment une preuve de notre "supériorité" ?

 

"Les français ont déjà réalisé que la peau foncée n'est pas une raison pour abandonner sans recours un être humain aux caprices d'un persécuteur. Peut-être finira-t-on un jour par s'apercevoir que le nombre de jambes, la pilosité de la peau ou l'extrêmité de l'os sacrum sont des raisons tout aussi insuffisantes d'abandonner une créature sensible au même sort." 
Jeremy BENTHAM (1748-1832)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sandrin 12/07/2010 11:25



Je viens de lire ton article chez mamounette. je suis bien sur d'accord avec toi à 200% et tout aussi indignée. Si je devais me classer quelque part je me mettrais sans hésitation dans les
antispecistes. Il arrivera bien un jour où les mentalités changeront. j'ai du mal à croire que nous puissions continuer ainsi encore longttemps. mais dans combien de temps. FAire un parallèle
entre le racisme et notre manière de traiter les be^tes est pour moi légitime. On nous rétorquera que les Noirs ou les Juifs appartiennent à l'espèce humaine, ce qui  n'est pas le cas des
animaux. mais c'est parce que nous nous pensons à part toujours et qu'il faut prendre le problème non de notre point de vue mais de celui de la nature : nous sommes des animaux, des êtres vivants
comme les autres.


Qu'un homme puisse faire acte de barbarie sans être puni (une amende avec sursis n'est pas une punition, mais un faux semblant) c'est effectivement tout notre système de pensée qu'il faut revoir.
Je ne comprends même pas qu'un juge puisse ainsi rendre justice. Honte à notre justice ! Honte à notre espèce !



Croco 12/07/2010 21:22



Le racisme et le specisme peuvent tout à fait être mis en parallèle car le racisme est fondé sur le même postulat que certains sont supérieurs à d'autres.


Je n'oublie pas que bien souvent, un noir ne vaut pas un blanc, une femme ne vaut pas un homme, un vieux ne vaut pas un enfant, un handicapé ne vaut pas un valide.


Plusieurs fois, au cours de l'histoire humaine, on a débatu pour savoir si telle ethnie faisait partie de notre espèce ou si les femmes avaient une âme... Et le résultat est toujours le même
: le plus faible est exploité et privé de ses droits.



MiC 11/07/2010 15:58



quitte à te faire frémir, je ne suis pas de ceux qui souhaitent mettre l'animal au même rang que l'humain. mais (et j'enchaîne très rapidement sur le "mais" avant que tu ne fronces trop les
sourcils), ça n'est absolument pas une raison pour ne pas punir les humains qui s'adonnent à la torture sur les animaux. au contraire : l'animal n'étant pas du même "niveau", il est malsain et
inadmissible de tolérer tout acte de barbarie. ce type qui tue son chien par la noyade, persuadé de ne pas lui faire mal, a une case en moins. il faut sévir. la législation existe. mais tu sais
quoi... ça va faire des votants en moins. donc on laisse passer. on en revient à ton article précédent. c'est, à mon avis, aussi naze que ça (quand je te dis que l'humanité me fatigue........)



Croco 12/07/2010 07:13



Je te rejoins sur le fait que, de l'homme et de l'animal, c'est le second qui est le plus faible, il s'agit de le défendre avec encore plus de sévérité envers son bourreau.


Moi aussi l'humanité me fatigue...



Annie Montigny 08/07/2010 08:55



Puis-je relayée ton article sur mon blog Croco ?


Bisous


Mamounette



Croco 08/07/2010 09:19



Bien sur Mamounette, sans problème.



Fardoise 08/07/2010 01:52



Tout à fait d'accord avec toi. Mais lorsqu'on sait que des violeurs et tortionnaires de jeunes femmes courrent toujours dans l'Yonne, et ailleurs sans doute, on peut se poser des questions, à
juste titre.(je viens de regarder le reportage à la télé sur les affaires de l'Yonne, mais c'est vrai qu'il s'agissait de jeunes filles de la DDASS pour la plupart, alors facile de classer et de
laisser faire) Si la vie humaine n'a pas de prix aux yeux de beaucoup de nos semblables (?) quepenser de celle des animaux ?



Croco 08/07/2010 09:39



Je me fais toujours la même réflexion.


Malheureusement, il n'est pas seulement question d'animaux ou d'humains, il est question de faiblesse et d'intérêt social, c'est ignoble mais vrai : tout le monde n'a pas la même valeur, y
compris parmi les humains !



Annie Montigny 07/07/2010 09:53



J'espère que la SPA va faire appel du jugement...


je suis tellement révoltée...A quand des peines exemplaires, dissuasives, à quand...


Bisous


Annie



Croco 08/07/2010 09:37



Moi aussi je voudrais qu'une asso contre-attaque, c'est tellement injuste.



Articles Récents

Les points communs ...

Les points communs entre moi et le crocodile ?
L'humain qui partage ma vie prétend qu'on est tous les deux courts sur pattes avec une grande gueule.

Selon L'humeur